Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le blog de bricolesetutos
des tutos de bricoles et autres des photos anciennes chaque fois qu il y a un article et que vous povez prendre

aux abricots

bricolesetutos #histoire

L'abricot et la pêche sont les deux fruits à noyaux du genre Prunus originaires de Chine.

L'abricotier est cultivé en Chine depuis 2000 ans (Hu Shiuying, Harvard Univ 

. En raison de cette culture ancienne sur de vastes zones à l'ouest et au nord du territoire chinois,

il est difficile de déterminer sa distribution d'origine exacte,

car on ne peut savoir quelles sont les formes vraiment sauvages

et celles échappées des cultures.

Toutefois les dernières études de la structure génétique des populations permet à Yuan et al

2007), d'affirmer que le centre de diversité de l'abricotier se trouve dans le Xinjiang.

Ses ressources génétiques y sont très abondantes.

L'abricot est le fruit d'un arbre généralement de petite taille appelé abricotier, de la famille des Rosaceae. Le nom scientifique de l'abricotier est Prunus armeniaca (prune d'Arménie). Il appartient au sous-genre des Prunus, section Armeniaca avec les quatre autres abricotiers du monde.

Le mot est passé du latin au français via le grec ancien,

l’arabe ainsi que le catalan.

Les Romains le nommaient praecoquum, c'est-à-dire « (le fruit) précoce ».

Les Grecs l’empruntèrent aux Romains sous la forme πραικόκιον (praikókion).

Les Arabes l’empruntèrent aux Grecs sous la forme أَلْبَرْقُوق (ʾal-barqwq)

(étant donné qu’il n’y a pas de son /p/ en arabe, celui-ci a été remplacé par /b/, qui en est le son le plus proche).

Les Catalans l’empruntèrent aux Arabes sous la forme albercoc

 en agglutinant l’article défini au substantif.

Le mot est passé en français xvie siècle ʾ

Al-barqwq désigne aujourd'hui, au Maghreb, la prune, alors que l'abricot se dit mech mech, mot d'origine persane.

En arménien l'abricot est appelé tsiran ծիրան depuis la nuit des temps

La dénomination en latin scientifique de armeniaca 

a été utilisée la première fois par le naturaliste suisse Gaspard Bauhin (1560-1624)

(dans Pinax Theatri Botanici).

La croyance en une origine arménienne fut entérinée par Linné 

qui baptisa l'espèce Prunus armeniaca (1753).

Cette erreur s'est perpétuée en Occident jusqu'au xxe siècle

. D'après De Candolle (Origine 1882), ce serait le botaniste Joseph Decaisne (1807-1882

) qui serait le premier à avoir soupçonné l'origine chinoise de l'arbre

. Il avait reçu des échantillons du Dr Bretschneider d'abricots sauvages

"des montagnes de Pékin"

 « Le fruit est petit ... sa chair est jaune rougeâtre,

d'une saveur acide, mais mangeable » et d'abricots cultivés aux environs de Pékin, deux fois plus gros et semblables à nos abricots.

 

 

 

 

L'abricotier aurait été introduit en France par deux voies:
- d'une part en provenance d'Italie par la vallée de la Loire. Le roi René d'Anjou (1409-1480) qui hérita du royaume de Naples en 1435 ramena d'Italie ce fruitier dans sa région natale, où il prit le nom d'"abricotier" vers 1560.

 

- d'autre part en provenance d'Espagne par le Roussillon.

On ne sait pas quand l'introduction s'est faite

mais probablement entre le moment où Narbonne fut occupée par les Sarrasins (en 715)

et

celui où le Roussillon fut rattaché à la couronne de France (en 1659).
Les descendants des abricotiers de la vallée de la Loire, cultivés dans le Vaucluse et la vallée du Rhône, présentent les caractéristiques du phylum européen :

une amande douce, l'autofertilité et une faible exigence au greffage. Les descendants de la population d'abricots du Roussillon possèdent eux les caractéristiques du phylum Nord Africain : une amande amère, l'autostérilité et de fortes exigences au greffage

 

La culture de l'abricotier ne s'établira véritablement en France

que trois siècles plus tard ;

c'est à peu près à la même époque que les missionnaires espagnols l’implanteront dans le Sud de la Californie, où il sera rapidement adopté.

 

En Afrique du nord, on retrouve plusieurs variétés

, deux (paviot et rosé) en Algérie dans le seul massif de l'Aurès,

l'une à N'Gaous, ouest de l'Aurès, l'autre

à Menaa au centre de l'Aurès (wilaya de Batna).

La variété de Menaa est unique au Monde par sa blancheur et sa tache rouge. La fête de l'abricot est célébrée à N'Gaous chaque 19 juin

 N'Gaous a démarré dans les années 1970 une industrie de jus d'abricot qui, face à l'insuffisance de l'arboriculture, s'est reconvertie dans un ensemble plus large de jus de fruits, surtout d'orange, dont le nom "N'Gaous" est devenu synonyme (dans les années 2000)

 

 

 

 

C'est un fruit charnu, une drupe, de forme arrondie, possédant un noyau dur contenant une seule grosse graine, ou amande.

La chair est sucrée, peu juteuse, jaune orangé et ferme

— la teneur en carotène ou provitamine A est élevée, c’est elle qui donne la couleur orangée et l’abricot est riche en pectines qui se gonflent facilement d’eau et qui lui confèrent son côté moelleux. L'abricot se sépare aisément en suivant le sillon médian.

La peau veloutée, dont la couleur peut aller du jaune au rouge, est parfois piquetée de « taches de rousseur » et se mange. La couleur rouge n’est pas gage de maturité (le degré de maturité est apprécié par le parfum et la souplesse du fruit) et l'abricot mûrit après sa cueillette, il est climactérique.

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
RSS Contact